Cette stratégie ne fait pas l'unanimité chez les partisans du "mariage homosexuel", et certaines associations - y compris le mastodonte progressiste ACLU (*) - l'ont montré en retirant leur soutien financier à cette action, considérée de dangereuse, voire suicidaire. En effet les "circuit courts" sont sur l'organigramme judiciaire américaine la dernière étape avant la Cour Suprême.

Quelle que soit l'issue de l'action en cours, la probabilité est forte qu'elle atterrise à Washington. Or la composition actuelle de la Cour Suprême Roberts, majoritairement conservatrice en tout cas sur le papier, rend l'issue défavorable aux partisans du "mariage" homosexuel. Une défaite devant la Cour Suprême anéantirait pour plusieurs décennies le combat des partisans du "mariage" homosexuel.

(*) il faut dire que l'ACLU déteste perdre en justice car comme l'évoquait un ancien membre "repenti" les dommages et intérêts à titre de partie civile sont la principale source de financement de cette association qui est devenue une véritable entreprise de procès, toujours à la recherche de nouvelles "victimes gagnantes".